Actualité

Une sécurisation prochaine des licenciements économiques ?


Imprimer

La deuxième version, largement désossée du projet de loi Travail qui doit être présentée jeudi 24 mars en Conseil des ministres, garde des dispositions intéressantes en matière de licenciement économique.

1. Une définition du caractère économique du licenciement a été proposée, réduisant d’autant la marge d’appréciation des juges.

Constitueraient les difficultés économiques justifiant un licenciement, des difficultés caractérisées soit par une baisse des commandes ou du chiffre d’affaires pendant quatre trimestres consécutifs, en comparaison avec la même période de l’année précédente, soit par des pertes d’exploitation pendant un semestre, soit par une importante dégradation de la trésorerie, soit par tout élément de nature à justifier de ces difficultés.

Un accord de branche pourrait quantifier différemment deux des critères permettant de caractériser les difficultés économiques, soit :

-          la durée de la baisse des commandes ou du chiffre d’affaires, à condition qu’elle soit supérieure à deux trimestres consécutifs ;

-          la durée des pertes d’exploitation, à condition qu’elle soit supérieure à un trimestre.

L’Espagne a également adopté une définition du motif économique qui cadre l’ampleur des difficultés. Ainsi, depuis la loi 3/2012 de juillet 2012, une diminution du niveau de recette est reconnue persistante, et par conséquent légitimant un motif économique de licenciement, si elle est constatée pendant 3 trimestres consécutifs.

La nouvelle définition du motif économique intégrerait par ailleurs la réorganisation nécessaire à la sauvegarde de l’entreprise. C’est une définition jurisprudentielle, et donc déjà dans notre droit positif.

De même, la cessation d’activité, non citée par la loi mais admise comme motif économique de licenciement, figurerait désormais dans la définition légale.

Les autres aspects de la définition actuelle ne seraient pas modifiés.

2. Par ailleurs, la loi préciserait le périmètre d’appréciation du motif économique.

Le motif économique serait apprécié au niveau de l’entreprise si elle n’appartient pas à un groupe (comme actuellement), et au niveau du secteur d’activité commun aux entreprises implantées sur le territoire national du groupe, en cas d’entreprise intégrée à un groupe.

Actuellement, lorsque l’entreprise fait partie d’un groupe, la jurisprudence considère que « les difficultés économiques invoquées à l’appui d’un licenciement doivent être appréciées au niveau du groupe ou du secteur d’activité du groupe auquel appartient l’entreprise, sans qu’il y ait lieu de réduire le groupe aux sociétés ou entreprises situées sur le territoire national ».(Cass. soc. 12 juin 2001 n°99-41.571).

Ainsi réduite au territoire national, l’appréciation du motif économique en sera certainement simplifiée.

Le projet réserve le cas de difficultés créées artificiellement à la seule fin de procéder à des suppressions d’emploi, qui ne pourraient alors être considérées comme des difficultés économiques juridiquement recevables pour légitimer des licenciements.

Le projet n’est qu’au début de son parcours, et étant donné son accueil plus que mitigé, son devenir est tout ce qu’il y a de plus incertain.


Imprimer Haut de page
  • Information juridique

    Dirigeants, responsables RH,
    recevez GRATUITEMENT
    nos informations juridiques hebdomadaires.

    > Je souhaite m’abonner

    La lettre sociale

    La lettre sociale
    Dirigeants, direction RH, managers, recevez
    GRATUITEMENT toute l'information juridique du mois pour les RH.

    * Champs obligatoires

  • Le Club 20/40

    Formations, petits déjeuners, événements : rejoignez le Club !

    Subscribe 20/40
    > Rejoindre le Club

    > Tout savoir sur le Club 20/40

    REJOINDRE LE CLUB 20/40

    Inscription au Club 20/40

    Rejoindre le Club 20/40 vous donne l'opportunité d'assister à des formations, des petits déjeuners et des événements, en compagnie de dirigeants, directeurs RH et managers de haut niveau.

    Tout savoir sur le Club 20/40

    * Champs obligatoires

  • Nous contacter

    63, avenue Niel
    75017 Paris, France

    E-mail :
    Téléphone : 01 58 36 16 50

    Carte_adresse_63_av_Niel

    > Écrivez-nous

  • Nous rejoindre

    Nous recherchons des juristes et des avocats en droit social pour rejoindre notre équipe.

    > Voir les offres

> Choisir > Choisir

QUESTION

Jaem vous permet de tester votre connaissance du droit social en 10 questions.

Choisissez votre personnage et commencez !

Chargement...
Vous avez eu : +score+ % de bonnes réponses !
> Voir l'explication > Fermer la fenêtre

Vous avez moins de 50 % de bonnes réponses

Rendez-vous sur nos pages de formation pour trouver la formation généraliste qui vous permettra d’acquérir les bases du droit social.

Voir nos formations

Vous avez entre 50 et 75 % de bonnes réponses.

Pas mal !!!!!! Vous trouverez sûrement parmi les formations Daem celle qui vous permettra de passer au niveau Expert !

Voir nos formations

Vous avez plus de 75 % de bonnes réponses.

Vous êtes un as du droit social ! Rendez-vous sur nos pages formations pour dénicher les dernières expertises qui pourraient vous manquer.

Voir nos formations