Clin d'œil

Covid-19 : du rififi à l’horizon pour l’imposition des jours de RTT … !


Imprimer

L’article 2 de l’ordonnance du 25 mars 2020 (n°2020-323), prise en application de la loi d’urgence pour faire face à la pandémie, autorise l’employeur à imposer au salarié de prendre ou de modifier ses RTT, ses journées ou demi-journées de forfait jours ainsi que les jours déposés sur le compte épargne temps. Cette faculté lui est offerte dans la limite de 10 jours (RTT et jours CET confondus).

Le texte précise que cette possibilité est donnée « lorsque l’intérêt de l’entreprise le justifie eu égard aux difficultés économiques liées à la propagation du covid-19 ».

La cour d’appel de Paris vient de rendre un arrêt où elle fait une interprétation stricte de cette précision, et considère que l’employeur n’est légitime à utiliser cette dérogation que lorsqu’il peut justifier de telles difficultés économiques.

En première instance, le tribunal judiciaire avait validé la pratique, sans que l’employeur ait à démontrer des difficultés économiques, en interprétant le texte de l’ordonnance à la lumière de la loi d’urgence du 23 mars 2020 prévoyant que le gouvernement pouvait, par ordonnance, prendre des mesures dérogatoires « pour faire face aux conséquences économiques, financières et sociales de la propagation de l’épidémie de covid-19 et aux conséquences des mesures prises pour limiter cette propagation ».

Dans l’affaire en question, l’employeur justifiait l’imposition de prise de RTT ou de jours de CET par la nécessité d’adapter son organisation, face à une augmentation inattendue de l’absentéisme tenant au fait qu’une partie de ses collaborateurs se trouvaient à leur domicile sans pouvoir exercer leur activité en télétravail, mais aussi par la nécessité d’aménager les espaces de travail et d’adapter le taux d’occupation des locaux en raison des conditions sanitaires.

Pour la cour d’appel, la mise en œuvre de ces mesures dérogatoires sans justification de difficultés économiques liées à l’épidémie est un trouble manifestement illicite. La position rigide des juges d’appel ne prend pas en ligne de compte le marasme organisationnel dans lequel les entreprises se sont trouvées plongées du jour au lendemain et ses conséquences.

Toutefois, les arguments de texte sont à souligner :

-       l’article 1 de l’ordonnance autorise l’employeur, sous réserve d’un accord d’entreprise ou de branche, à modifier la date de prise de congés payés ou bien de fractionner ces derniers dans la limite d’une semaine de congés et en respectant un préavis d’un jour franc… « afin de faire face aux conséquences économiques, financières et sociales de la propagation du covid-19 »,

 

-       l’article 2 autorise l’imposition de jours de repos ou jours de RTT, dans la limite de 10 jours… sans accord collectif mais « lorsque l’intérêt de l’entreprise le justifie eu égard aux difficultés économiques liées à la propagation du covid-19 ».

Peut-on considérer que le gouvernement a entendu circonscrire cette deuxième dérogation à un champ plus restreint dans la mesure où l’employeur peut prendre la décision sans l’intervention des représentants du personnel ?

L’arrêt de la cour d’appel de Paris fait l’objet d’un pourvoi. La position de la Cour de cassation est impatiemment attendue, et notamment par les nombreuses entreprises qui ont mis en œuvre ces dispositions dérogatoires.

CA de Paris, Pôle 6, Chambre 2, 1 avril 2021, nº 20/12215


Imprimer Haut de page
  • Information juridique

    Dirigeants, responsables RH,
    recevez GRATUITEMENT
    nos informations juridiques hebdomadaires.

    > Je souhaite m’abonner

    La lettre sociale

    La lettre sociale
    Dirigeants, direction RH, managers, recevez
    GRATUITEMENT toute l'information juridique du mois pour les RH.

    * Champs obligatoires

  • Le Club 20/40

    Formations, petits déjeuners, événements : rejoignez le Club !

    Subscribe 20/40
    > Rejoindre le Club

    > Tout savoir sur le Club 20/40

    REJOINDRE LE CLUB 20/40

    Inscription au Club 20/40

    Rejoindre le Club 20/40 vous donne l'opportunité d'assister à des formations, des petits déjeuners et des événements, en compagnie de dirigeants, directeurs RH et managers de haut niveau.

    Tout savoir sur le Club 20/40

    * Champs obligatoires

  • Nous contacter

    63, avenue Niel
    75017 Paris, France

    E-mail :
    Téléphone : 01 58 36 16 50

    Carte_adresse_63_av_Niel

    > Écrivez-nous

  • Nous rejoindre

    Nous recherchons des juristes et des avocats en droit social pour rejoindre notre équipe.

    > Voir les offres

> Choisir > Choisir

QUESTION

Jaem vous permet de tester votre connaissance du droit social en 10 questions.

Choisissez votre personnage et commencez !

Chargement...
Vous avez eu : +score+ % de bonnes réponses !
> Voir l'explication > Fermer la fenêtre

Vous avez moins de 50 % de bonnes réponses

Rendez-vous sur nos pages de formation pour trouver la formation généraliste qui vous permettra d’acquérir les bases du droit social.

Voir nos formations

Vous avez entre 50 et 75 % de bonnes réponses.

Pas mal !!!!!! Vous trouverez sûrement parmi les formations Daem celle qui vous permettra de passer au niveau Expert !

Voir nos formations

Vous avez plus de 75 % de bonnes réponses.

Vous êtes un as du droit social ! Rendez-vous sur nos pages formations pour dénicher les dernières expertises qui pourraient vous manquer.

Voir nos formations