Clin d'œil

Délais de consultation du CE… une inconstitutionnalité en vue ?


Imprimer

Depuis la loi de sécurisation de l’emploi du 14 juin 2013, la consultation du comité d’entreprise est encadrée par des délais. A l’expiration du délai fixé, si le comité n’a pas rendu d’avis, il est réputé avoir rendu un avis négatif. Hors les cas où la loi en dispose autrement, le délai est fixé à un mois. Il est porté à deux mois en cas d’intervention d’un expert, trois mois en cas de saisine par l’employeur d’un ou plusieurs CHSCT et 4 mois en cas de mise en place d’une instance de coordination des CHSCT (articles L.2323-3 et R.2323-1-1 du code du travail).

Si le CE s’estime insuffisamment informé, il doit saisir le président du TGI, statuant en urgence afin d’obtenir la communication des informations manquantes, voire une prolongation du délai de consultation. La saisine n’a pas pour effet de prolonger le délai de consultation (article L.2323-4 du code du travail).

La Cour de cassation a interprété strictement ces articles et en a déduit que le juge, saisi d’une demande de suspension de la procédure de consultation par le CE, ne peut plus statuer si le délai de consultation du CE est arrivé à expiration le jour où il doit rendre sa décision : le délai de consultation est expiré, le CE est légalement réputé avoir rendu un avis négatif (Cass. Soc. 21 septembre 2016 n°15-13.363). Le juge, lorsque le délai a expiré, ne peut pas non plus accorder un nouveau délai (Cass .Soc. 21 septembre 2016 n°15-19.003).

Ainsi que nous l’avions souligné (cf. http://daempartners.com/clin-oeil/consultation-du-comite-dentreprise-la-rigueur-des-delais-prefix/ ) cette rigueur ne tient pas compte des délais de la justice elle-même. Si le juge ne se prononce pas dans le délai imparti, sa saisine n’aura plus d’impact et le comité, même insuffisamment  informé, sera présumé avoir rendu un avis négatif.

C’est pourquoi la Cour de cassation a récemment décidé de transmettre une question prioritaire au Conseil Constitutionnel : les dispositions en cause du code du travail (articles L2323-3 et L2323-4 du code du travail) « sont susceptibles de placer les comités d’entreprise dans des situations différentes selon que la juridiction saisie aux fins d’obtenir des informations et un délai supplémentaires statue ou non dans le délai imparti, et partant de porter atteinte au principe d’égal accès des citoyens à la justice (…) d’autre part, l’absence d’effet suspensif du recours peut conduire, dans ces conditions, à ce que l’institution représentative du personnel soit privée de toute protection de son droit à l’information nécessaire pour que puisse être assurée la participation la participation du personnel à la gestion de l’entreprise, en dépit de l’exercice d’une voie de recours ».

La balle est désormais dans le camp du Conseil constitutionnel.

Cass. Soc. QPC 1er juin 2017 n°17-13.081


Imprimer Haut de page
  • Information juridique

    Dirigeants, responsables RH,
    recevez GRATUITEMENT
    nos informations juridiques hebdomadaires.

    > Je souhaite m’abonner

    La lettre sociale

    La lettre sociale
    Dirigeants, direction RH, managers, recevez
    GRATUITEMENT toute l'information juridique du mois pour les RH.

    * Champs obligatoires

  • Le Club 20/40

    Formations, petits déjeuners, événements : rejoignez le Club !

    Subscribe 20/40
    > Rejoindre le Club

    > Tout savoir sur le Club 20/40

    REJOINDRE LE CLUB 20/40

    Inscription au Club 20/40

    Rejoindre le Club 20/40 vous donne l'opportunité d'assister à des formations, des petits déjeuners et des événements, en compagnie de dirigeants, directeurs RH et managers de haut niveau.

    Tout savoir sur le Club 20/40

    * Champs obligatoires

  • Nous contacter

    63, avenue Niel
    75017 Paris, France

    E-mail :
    Téléphone : 01 58 36 16 50

    Carte_adresse_63_av_Niel

    > Écrivez-nous

  • Nous rejoindre

    Nous recherchons des juristes et des avocats en droit social pour rejoindre notre équipe.

    > Voir les offres

> Choisir > Choisir

QUESTION

Jaem vous permet de tester votre connaissance du droit social en 10 questions.

Choisissez votre personnage et commencez !

Chargement...
Vous avez eu : +score+ % de bonnes réponses !
> Voir l'explication > Fermer la fenêtre

Vous avez moins de 50 % de bonnes réponses

Rendez-vous sur nos pages de formation pour trouver la formation généraliste qui vous permettra d’acquérir les bases du droit social.

Voir nos formations

Vous avez entre 50 et 75 % de bonnes réponses.

Pas mal !!!!!! Vous trouverez sûrement parmi les formations Daem celle qui vous permettra de passer au niveau Expert !

Voir nos formations

Vous avez plus de 75 % de bonnes réponses.

Vous êtes un as du droit social ! Rendez-vous sur nos pages formations pour dénicher les dernières expertises qui pourraient vous manquer.

Voir nos formations