Clin d'œil

Droit d’alerte économique du CSE, l’importance des explications de l’employeur


Imprimer

En cette période d’instabilité économique, les entreprises pourraient constater une mise en œuvre plus fréquente par leur comité social et économique (CSE) de la procédure d’alerte économique.

Cette procédure, qui relève des attributions d’ordre économique du CSE, est destinée à permettre aux représentants du personnel de réagir lorsque la situation économique de l’entreprise leur semble détériorée de manière importante… et sans doute que les choix qui sont faits, mettent in fine en danger l’emploi des salariés qu’ils représentent.

Ainsi, selon les articles L. 2312-63 et suivants du code du travail, lorsqu’il a connaissance de faits de nature à affecter de manière préoccupante la situation économique de l’entreprise, le CSE peut demander des explications à l’employeur. En cas d’explications qui lui semblent insuffisantes, le CSE peut alors déclencher une procédure d’alerte. A ce titre, il élabore alors un rapport avec, s’il le souhaite, l’assistance d’un expert-comptable rémunéré par l’employeur. Ce rapport, in fine, émet un avis sur l’opportunité de saisir de ses conclusions l’organe chargé de l’administration ou de la surveillance dans les sociétés qui en sont dotées ou d’en informer les associés dans les autres formes de sociétés.

Le pouvoir d’alerte du CSE est donc conditionné par la notion de « faits de nature à affecter de manière préoccupante la situation économique de l’entreprise ». En l’absence d’indicateurs donnés par les textes, l’étude de la jurisprudence permet d’en appréhender le domaine, par exemple :

  • la fermeture d’un laboratoire remettant en cause les objectifs et missions traditionnels de la caisse régionale d’assurance maladie (Cass. soc. 19-2-2002 n° 00-14.776) ;
  • un projet de délocalisation d’une ligne de production (TGI Nanterre 10-9-2004 n° 04-2484),
  • une situation de l’entreprise susceptible d’affecter le maintien de l’emploi (CA Paris 23-10-2008 n° 07-13994)….

Lorsque le juge est saisi, il lui revient de rechercher s’il existe des éléments objectifs et sérieux de nature à affecter de manière préoccupante la situation économique de l’entreprise.

Un arrêt récent de la Cour de cassation offre un nouvel exemple d’un droit d’alerte juridiquement justifié.

La Haute juridiction constate que le Comité d’entreprise (la décision est évidemment transposable au CSE) a exercé son droit d’alerte sur la base de la constatation d’un déficit croissant depuis plusieurs années consécutives, attesté par des rapports d’experts sur la situation économique de l’entreprise. Face à l’absence de réponse pertinente de la direction de nature à expliquer le déficit et les moyens envisagés pour y remédier, le Comité avait valablement mis en œuvre son alerte économique.

Cass. soc., 7 juill. 2021, no 19-15.948 


Imprimer Haut de page
  • Information juridique

    Dirigeants, responsables RH,
    recevez GRATUITEMENT
    nos informations juridiques hebdomadaires.

    > Je souhaite m’abonner

    La lettre sociale

    La lettre sociale
    Dirigeants, direction RH, managers, recevez
    GRATUITEMENT toute l'information juridique du mois pour les RH.

    * Champs obligatoires

  • Le Club 20/40

    Formations, petits déjeuners, événements : rejoignez le Club !

    Subscribe 20/40
    > Rejoindre le Club

    > Tout savoir sur le Club 20/40

    REJOINDRE LE CLUB 20/40

    Inscription au Club 20/40

    Rejoindre le Club 20/40 vous donne l'opportunité d'assister à des formations, des petits déjeuners et des événements, en compagnie de dirigeants, directeurs RH et managers de haut niveau.

    Tout savoir sur le Club 20/40

    * Champs obligatoires

  • Nous contacter

    63, avenue Niel
    75017 Paris, France

    E-mail :
    Téléphone : 01 58 36 16 50

    Carte_adresse_63_av_Niel

    > Écrivez-nous

  • Nous rejoindre

    Nous recherchons des juristes et des avocats en droit social pour rejoindre notre équipe.

    > Voir les offres

> Choisir > Choisir

QUESTION

Jaem vous permet de tester votre connaissance du droit social en 10 questions.

Choisissez votre personnage et commencez !

Chargement...
Vous avez eu : +score+ % de bonnes réponses !
> Voir l'explication > Fermer la fenêtre

Vous avez moins de 50 % de bonnes réponses

Rendez-vous sur nos pages de formation pour trouver la formation généraliste qui vous permettra d’acquérir les bases du droit social.

Voir nos formations

Vous avez entre 50 et 75 % de bonnes réponses.

Pas mal !!!!!! Vous trouverez sûrement parmi les formations Daem celle qui vous permettra de passer au niveau Expert !

Voir nos formations

Vous avez plus de 75 % de bonnes réponses.

Vous êtes un as du droit social ! Rendez-vous sur nos pages formations pour dénicher les dernières expertises qui pourraient vous manquer.

Voir nos formations