Clin d'œil

Grossesse : quand la protection ne joue pas…


Imprimer

Une salariée saisit le juge prud’homal d’une demande de résiliation de son contrat de travail, invoquant des manquements de son employeur. Puis, quelques mois après cette saisine, déclare son état de grossesse auprès de son employeur.

Une fois la résiliation obtenue, le débat a porté sur les conséquences de la rupture : devait-elle emporter les effets d’un licenciement nul ou ceux d’un licenciement sans cause réelle et sérieuse ? Autrement dit, la protection de la salariée, mise en œuvre après sa demande de résiliation judiciaire pouvait-elle jouer et emporter ainsi la nullité de la rupture ?

Rappelons que pendant l’exécution de son contrat de travail, la salariée enceinte bénéficie d’une protection dite relative, puisque la loi autorise son licenciement dans des cas limités (faute grave, impossibilité de maintenir le contrat de travail). La protection ne joue que si la salariée a informé son employeur de son état de grossesse, ce qu’elle n’est pas obligée de faire.

La loi a toutefois prévu un « rattrapage » dans le cas où une salariée, n’ayant pas informé son employeur de son état, est licenciée. Ainsi, l’article L. 1225-5 du code du travail prévoit que le licenciement sera annulé, si la salariée envoie à son employeur dans un délai de 15 jours à compter de sa notification, un certificat médical justifiant qu’elle est enceinte.

Un autre aménagement est prévu au regard des conséquences de la rupture du contrat de travail : la nullité de la rupture est encourue lorsque le salarié bénéficie d’une protection légale au jour de l’introduction de l’instance (Cass. soc. 26 octobre 2016, nº 15-15.923).

En l’espèce, la cour d’appel a opté pour la nullité, considérant que l’employeur avait été informé de la grossesse de la salariée et que la protection devait jouer.

L’arrêt d’appel est cassé par la Cour de cassation qui pose pour principe que : « Lorsqu’au jour de la demande de résiliation judiciaire, la salariée n’a pas informé l’employeur de son état de grossesse, la résiliation judiciaire aux torts de l’employeur doit s’analyser en un licenciement sans cause réelle et sérieuse».

Ainsi, même en cas de demande de résiliation judiciaire, où le contrat de travail continue à courir jusqu’à la décision judiciaire, la protection ne joue que si l’employeur a été informé au jour de l’introduction de l’instance.

L’enjeu est important dans la mesure où la nullité du licenciement est sanctionnée par une indemnité minimale de 6 mois de salaire ainsi que le paiement des salaires couvrant la période de protection. Depuis les ordonnances Macron, le barème s’applique pour les licenciements sans cause réelle et sérieuse.

Cass. soc., 28 novembre 2018, nº 15-29.330 FP-PB


Imprimer Haut de page
  • Information juridique

    Dirigeants, responsables RH,
    recevez GRATUITEMENT
    nos informations juridiques hebdomadaires.

    > Je souhaite m’abonner

    La lettre sociale

    La lettre sociale
    Dirigeants, direction RH, managers, recevez
    GRATUITEMENT toute l'information juridique du mois pour les RH.

    * Champs obligatoires

  • Le Club 20/40

    Formations, petits déjeuners, événements : rejoignez le Club !

    Subscribe 20/40
    > Rejoindre le Club

    > Tout savoir sur le Club 20/40

    REJOINDRE LE CLUB 20/40

    Inscription au Club 20/40

    Rejoindre le Club 20/40 vous donne l'opportunité d'assister à des formations, des petits déjeuners et des événements, en compagnie de dirigeants, directeurs RH et managers de haut niveau.

    Tout savoir sur le Club 20/40

    * Champs obligatoires

  • Nous contacter

    63, avenue Niel
    75017 Paris, France

    E-mail :
    Téléphone : 01 58 36 16 50

    Carte_adresse_63_av_Niel

    > Écrivez-nous

  • Nous rejoindre

    Nous recherchons des juristes et des avocats en droit social pour rejoindre notre équipe.

    > Voir les offres

> Choisir > Choisir

QUESTION

Jaem vous permet de tester votre connaissance du droit social en 10 questions.

Choisissez votre personnage et commencez !

Chargement...
Vous avez eu : +score+ % de bonnes réponses !
> Voir l'explication > Fermer la fenêtre

Vous avez moins de 50 % de bonnes réponses

Rendez-vous sur nos pages de formation pour trouver la formation généraliste qui vous permettra d’acquérir les bases du droit social.

Voir nos formations

Vous avez entre 50 et 75 % de bonnes réponses.

Pas mal !!!!!! Vous trouverez sûrement parmi les formations Daem celle qui vous permettra de passer au niveau Expert !

Voir nos formations

Vous avez plus de 75 % de bonnes réponses.

Vous êtes un as du droit social ! Rendez-vous sur nos pages formations pour dénicher les dernières expertises qui pourraient vous manquer.

Voir nos formations