Clin d'œil

L’activité partielle forcée des salariés protégés


Imprimer

La mise en place de l’activité partielle a récemment été assouplie par le gouvernement via différentes ordonnances afin de limiter les effets négatifs du coronavirus sur l’économie. Néanmoins, malgré l’assouplissement des règles, certains salariés n’étaient pas éligibles à l’activité partielle ou étaient protégés contre les effets sur le contrat de travail que celle-ci pouvait entrainer. Le 27 mars dernier, le gouvernement a remédié à cette différence de traitement par ordonnance.

Pour rappel, l’activité partielle permet aux entreprises confrontées à une fermeture, une baisse d’activité ou une impossibilité de mettre en place des mesures de protection suffisantes, de placer tout ou partie de ses salariés au chômage pendant une durée déterminée.

Or, les salariés protégés, qui ont pour vocation de représenter le personnel, bénéficient d’une protection renforcée de leur contrat de travail, qui interdit de leur imposer un changement de leurs conditions de travail. Par conséquent, dans le cadre de l’activité partielle, l’employeur était contraint de demander au salarié protégé son accord pour le placer en activité partielle.

En cas de refus du salarié, l’employeur devait soit revenir sur sa décision, soit engager une procédure de licenciement lourde et presque impossible à mettre en place rapidement dans le contexte actuel.

Ainsi, en cas de refus du dispositif alors que l’entreprise fermait, l’employeur était tenu au versement intégral du salaire de ce salarié contre seulement 70% pour le salarié non protégé. La tentation était forte pour tout salarié protégé de refuser systématiquement la mise en activité partielle.

Fort heureusement, l’article 6 de l’ordonnance du 27 mars dernier a remédié à cette situation. Désormais, l’employeur pourra imposer l’activité partielle aux salariés représentants du personnel dès lors qu’elle « affecte tous les salariés de l’entreprise, de l’établissement, du service ou de l’atelier auquel est affecté ou rattaché l’intéressé. ».

Autrement dit, le salarié protégé peut être placé en activité partielle uniquement si cette mesure est collective. Il n’est ainsi pas possible de ne choisir de placer que le salarié protégé en activité partielle alors que tout ou partie de son service continue de travailler normalement. Cette précision a pour but d’éviter les discriminations liées aux prérogatives du salarié protégé. De plus, ces mesures exceptionnelles ne seront applicables que « jusqu’à une date fixée par décret et au plus tard au 31 décembre 2020 » (Article 12 de l’ordonnance du 27 mars 2020).

Notons que l’activité partielle n’a cependant pas d’incidence sur l’exercice du mandat du salarié protégé. Il doit donc continuer à pouvoir entrer dans l’entreprise pour exercer son mandat.

Ordonnance n°2020-346 du 27 mars 2020 portant mesures d’urgence en matière d’activité partielle


Imprimer Haut de page
  • Information juridique

    Dirigeants, responsables RH,
    recevez GRATUITEMENT
    nos informations juridiques hebdomadaires.

    > Je souhaite m’abonner

    La lettre sociale

    La lettre sociale
    Dirigeants, direction RH, managers, recevez
    GRATUITEMENT toute l'information juridique du mois pour les RH.

    * Champs obligatoires

  • Le Club 20/40

    Formations, petits déjeuners, événements : rejoignez le Club !

    Subscribe 20/40
    > Rejoindre le Club

    > Tout savoir sur le Club 20/40

    REJOINDRE LE CLUB 20/40

    Inscription au Club 20/40

    Rejoindre le Club 20/40 vous donne l'opportunité d'assister à des formations, des petits déjeuners et des événements, en compagnie de dirigeants, directeurs RH et managers de haut niveau.

    Tout savoir sur le Club 20/40

    * Champs obligatoires

  • Nous contacter

    63, avenue Niel
    75017 Paris, France

    E-mail :
    Téléphone : 01 58 36 16 50

    Carte_adresse_63_av_Niel

    > Écrivez-nous

  • Nous rejoindre

    Nous recherchons des juristes et des avocats en droit social pour rejoindre notre équipe.

    > Voir les offres

> Choisir > Choisir

QUESTION

Jaem vous permet de tester votre connaissance du droit social en 10 questions.

Choisissez votre personnage et commencez !

Chargement...
Vous avez eu : +score+ % de bonnes réponses !
> Voir l'explication > Fermer la fenêtre

Vous avez moins de 50 % de bonnes réponses

Rendez-vous sur nos pages de formation pour trouver la formation généraliste qui vous permettra d’acquérir les bases du droit social.

Voir nos formations

Vous avez entre 50 et 75 % de bonnes réponses.

Pas mal !!!!!! Vous trouverez sûrement parmi les formations Daem celle qui vous permettra de passer au niveau Expert !

Voir nos formations

Vous avez plus de 75 % de bonnes réponses.

Vous êtes un as du droit social ! Rendez-vous sur nos pages formations pour dénicher les dernières expertises qui pourraient vous manquer.

Voir nos formations