Clin d'œil

Négocier sans représentants syndicaux…


Imprimer

Partant du constat d’un déficit de négociation collective dans les TPE/PME, alors que les moyens d’une adaptation de l’entreprise à la réalité économique qu’elle affronte passent par le consensus partenaires sociaux/employeur, les ordonnances Macron ont réécrit les dispositions relatives à la négociation sans délégués syndicaux.

Certes, cette possibilité de négocier sans délégués syndicaux n’est pas nouvelle. La loi du 12 novembre 1996 n° 96-985 du 12 novembre 1996 relative à l’information et à la consultation des salariés dans les entreprises et les groupes d’entreprises de dimension communautaire, ainsi qu’au développement de la négociation collective, a confié aux branches le soin d’organiser dans leur secteur, à titre expérimental et pour une durée limitée, des modalités spécifiques de négociations dans les entreprises dépourvues de délégués syndicaux.

La loi n°2004-391 du 4 mai 2004, celle n°2008-789 du 20 août 2008, la loi Rebsamen du 17 août 2015 et enfin la loi Travail du 8 août 2016 sont venues faciliter cette négociation sans délégués syndicaux.

Les ordonnances Macron reprennent le principe.

Ainsi, dans les entreprises de moins de 11 salariés, l’employeur pourrait proposer un projet d’accord aux salariés, sur un thème quelconque ouvert à la négociation collective par le code du travail. Le projet devra être approuvé par référendum par au moins les 2/3 des salariés.

La même faculté est offerte aux entreprises dont l’effectif est compris entre 11 et 20 salariés, en l’absence de représentants élus ou de délégués syndicaux.  Un procès-verbal de carence aux élections professionnelles sera certainement la condition pour pouvoir organiser le référendum.

Les entreprises de moins de 50 salariés dépourvues de délégués syndicaux ou de conseil d’entreprise (la nouvelle instance qui pourra être créée par voie conventionnelle et regroupera les missions du comité social et économique et la négociation des accords d’entreprises jusque-là réservée aux délégués syndicaux), disposent d’un choix :

Elles peuvent conclure ou réviser les accords soit avec un ou des salariés mandatés par un ou plusieurs syndicats représentatifs dans la branche ou à défaut au niveau national et interprofessionnel, soit avec un ou plusieurs élus membres de la délégation du personnel au conseil économique et social.

Dans le premier cas, l’accord ne sera valide qu’après son approbation par les salariés à la majorité des suffrages exprimés, dans le second, pour être valide, l’accord devra avoir été signé par des élus représentant la majorité des suffrages exprimés lors des dernières élections professionnelles.

Bien entendu, les négociateurs seraient dotés d’un crédit d’heures supplémentaire de 10 heures maximum par mois en plus du temps passé aux réunions de négociation.

Dans les entreprises de plus de 50 salariés, sans délégués syndicaux, les dispositions législatives antérieures ne sont pas modifiées :

Les accords peuvent être négociés et signés avec des élus du CSE mandatés par une ou plusieurs organisations syndicales représentatives, ils devront être approuvés par référendum à la majorité des suffrages exprimés.

A défaut de mandatement, les accords peuvent être signés par des élus non mandatés, sans validation référendaire, mais ne peuvent porter que sur des mesures réservées par le code du travail à la signature d’un accord collectif.

Enfin, si aucun élu ne veut participer à la négociation et à la signature de l’accord, l’employeur garde la possibilité de négocier avec un salarié mandaté, l’accord signé devant alors être approuvé par les salariés à la majorité des suffrages exprimés.


Imprimer Haut de page
  • Information juridique

    Dirigeants, responsables RH,
    recevez GRATUITEMENT
    nos informations juridiques hebdomadaires.

    > Je souhaite m’abonner

    La lettre sociale

    La lettre sociale
    Dirigeants, direction RH, managers, recevez
    GRATUITEMENT toute l'information juridique du mois pour les RH.

    * Champs obligatoires

  • Le Club 20/40

    Formations, petits déjeuners, événements : rejoignez le Club !

    Subscribe 20/40
    > Rejoindre le Club

    > Tout savoir sur le Club 20/40

    REJOINDRE LE CLUB 20/40

    Inscription au Club 20/40

    Rejoindre le Club 20/40 vous donne l'opportunité d'assister à des formations, des petits déjeuners et des événements, en compagnie de dirigeants, directeurs RH et managers de haut niveau.

    Tout savoir sur le Club 20/40

    * Champs obligatoires

  • Nous contacter

    63, avenue Niel
    75017 Paris, France

    E-mail :
    Téléphone : 01 58 36 16 50

    Carte_adresse_63_av_Niel

    > Écrivez-nous

  • Nous rejoindre

    Nous recherchons des juristes et des avocats en droit social pour rejoindre notre équipe.

    > Voir les offres

> Choisir > Choisir

QUESTION

Jaem vous permet de tester votre connaissance du droit social en 10 questions.

Choisissez votre personnage et commencez !

Chargement...
Vous avez eu : +score+ % de bonnes réponses !
> Voir l'explication > Fermer la fenêtre

Vous avez moins de 50 % de bonnes réponses

Rendez-vous sur nos pages de formation pour trouver la formation généraliste qui vous permettra d’acquérir les bases du droit social.

Voir nos formations

Vous avez entre 50 et 75 % de bonnes réponses.

Pas mal !!!!!! Vous trouverez sûrement parmi les formations Daem celle qui vous permettra de passer au niveau Expert !

Voir nos formations

Vous avez plus de 75 % de bonnes réponses.

Vous êtes un as du droit social ! Rendez-vous sur nos pages formations pour dénicher les dernières expertises qui pourraient vous manquer.

Voir nos formations