Éclairage

Infractions routières : l’employeur contraint à la délation …


Imprimer

Le comité national de la Sécurité Routière avait préconisé de remédier aux failles permettant aux salariés conduisant une voiture d’entreprise d’échapper aux conséquences de leurs infractions routières. Il estimait en effet que cette éventuelle impunité encourageait les mauvais comportements des conducteurs, voire aurait un impact direct sur la mortalité routière.

Le législateur a suivi ces préconisations dans la loi relative à la justice du XXIe siècle, adoptée définitivement le 12 octobre 2016 ; actuellement soumise au Conseil constitutionnel.

L’article 34 insère dans le Code pénal, un nouvel article L.121-6 prévoyant qu’en cas d’infraction (dont la liste doit être fixée par décret en Conseil d’Etat) commise avec un véhicule de société (certificat d’immatriculation d’un véhicule établi au nom d’une personne morale), le représentant légal de la personne morale doit indiquer, par lettre recommandée avec accusé de réception ou de façon dématérialisée, dans un délai de 45 jours à compter de l’envoi ou de la remise de la contravention, l’identité et l’adresse de la personne physique qui conduisait ce véhicule à moins qu’il n’établisse l’existence d’un vol, d’une usurpation de plaque d’immatriculation ou de tout autre événement de force majeure.

Le fait de ne pas dénoncer son salarié sera puni d’une amende de quatrième classe, soit d’un montant de 750 € au maximum.

Jusqu’à présent, si l’employeur  (représentant légal de la personne morale et donc présumé pécuniairement responsable des infractions commises avec le véhicule de la société) contestait être le conducteur du véhicule, sans désigner le véritable auteur de l’infraction, il restait redevable de la contravention, mais ne perdait pas les points correspondants sur son permis de conduire.

A condition toutefois de pouvoir prouver qu’il n’était pas le conducteur : la présomption est simple, mais reste une présomption.

Le montant de la contravention ne peut être répercuté sur le salarié. En effet, la retenue sur salaire opérée pour le remboursement de contraventions, afférentes à l’utilisation d’un véhicule professionnel mis à disposition du salarié, est illégale car elle constitue une sanction pécuniaire (Cass. soc. 17 avril 2013, n°11-27750).

Le montant de la contravention ne peut plus être supporté par la personne morale : le représentant légal est personnellement responsable de l’infraction. Le paiement de la contravention par la société serait un abus de bien social.

En conséquence, le droit contraignait de fait l’employeur, ès qualité de responsable légal de la personne morale, à dénoncer son salarié « délinquant »… à condition toutefois d’avoir les moyens de prouver que le salarié désigné était bien le conducteur (cass. crim 17 avril 2013 n°12-87.490).

Obligation de délation ou non, le droit ne change pas : le véritable conducteur du véhicule d’entreprise doit pouvoir être identifié « à coup sûr ». En conséquence, les procédures de suivi ad hoc doivent être mises en place, sinon, la responsabilité pécuniaire de l’infraction restera à la charge du représentant légal.


Imprimer Haut de page
  • Information juridique

    Dirigeants, responsables RH,
    recevez GRATUITEMENT
    nos informations juridiques hebdomadaires.

    > Je souhaite m’abonner

    La lettre sociale

    La lettre sociale
    Dirigeants, direction RH, managers, recevez
    GRATUITEMENT toute l'information juridique du mois pour les RH.

    * Champs obligatoires

  • Le Club 20/40

    Formations, petits déjeuners, événements : rejoignez le Club !

    Subscribe 20/40
    > Rejoindre le Club

    > Tout savoir sur le Club 20/40

    REJOINDRE LE CLUB 20/40

    Inscription au Club 20/40

    Rejoindre le Club 20/40 vous donne l'opportunité d'assister à des formations, des petits déjeuners et des événements, en compagnie de dirigeants, directeurs RH et managers de haut niveau.

    Tout savoir sur le Club 20/40

    * Champs obligatoires

  • Nous contacter

    63, avenue Niel
    75017 Paris, France

    E-mail :
    Téléphone : 01 58 36 16 50

    Carte_adresse_63_av_Niel

    > Écrivez-nous

  • Nous rejoindre

    Nous recherchons des juristes et des avocats en droit social pour rejoindre notre équipe.

    > Voir les offres

> Choisir > Choisir

QUESTION

Jaem vous permet de tester votre connaissance du droit social en 10 questions.

Choisissez votre personnage et commencez !

Chargement...
Vous avez eu : +score+ % de bonnes réponses !
> Voir l'explication > Fermer la fenêtre

Vous avez moins de 50 % de bonnes réponses

Rendez-vous sur nos pages de formation pour trouver la formation généraliste qui vous permettra d’acquérir les bases du droit social.

Voir nos formations

Vous avez entre 50 et 75 % de bonnes réponses.

Pas mal !!!!!! Vous trouverez sûrement parmi les formations Daem celle qui vous permettra de passer au niveau Expert !

Voir nos formations

Vous avez plus de 75 % de bonnes réponses.

Vous êtes un as du droit social ! Rendez-vous sur nos pages formations pour dénicher les dernières expertises qui pourraient vous manquer.

Voir nos formations