Éclairage

Les conclusions ambigües du rapport IFOP/SODEX sur l’état du dialogue social en 2021


Imprimer

Le cabinet d’expertise CSE, SYNDEX et l’institut de sondage IFOP ont mené conjointement une enquête, au début de l’année 2021, relative à l’état du dialogue social au sein des entreprises durant la période actuelle.

Cette enquête avait notamment pour objectif de mettre en lumière les opinions des salariés, des représentants du personnel mais également des directions sur le rôle et l’impact du CSE, après environ trois ans d’observation ainsi que de les interroger vis-à-vis des retombées la crise sanitaire sur les échanges entre les partenaires sociaux.

Le premier apport de cette enquête est qu’une majorité des salariés ainsi que des représentants du personnel estime que le CSE a joué un rôle positif durant la crise sanitaire.

En effet durant cette période un grand nombre de sujets ont pu être abordés comme le télétravail, l’activité partielle, ou encore l’obligation de sécurité sur le lieu de travail et ainsi, selon les personnes interrogées, le dialogue a véritablement été instauré avec la direction.

L’étude parle de « parenthèse qualitative du dialogue social » or, le terme « parenthèse » renvoie bien à un état différent des interactions entre partenaires sociaux en temps normal.

Une situation qui se confirme par le fait que la moitié des participants considère que la crise sanitaire ne va pas modifier l’état du dialogue social et un tiers de ces derniers considère même qu’il pourrait se détériorer.

Une grande partie des représentants du personnel et des salariés reste donc très sceptique sur l’évolution future du rôle du CSE et analyse les améliorations actuelles comme seulement conjoncturelles.

L’étude met également en exergue une défiance générale des salariés et des représentants du personnel sur l’apport réel du CSE. Pour la majorité d’entre eux, l’instance reste favorable à la politique de l’employeur du fait de la transversalité de cette dernière.

La fusion des anciennes instances de représentation du personnel a, selon les personnes interrogées, engendré une perte de spécialisation et d’expertise chez les représentants des salariés. Cette perception étant accentuée par la baisse des heures de délégation qui sont jugées insatisfaisantes pour près de 60% de l’échantillon étudié.

Aussi bien les représentants du personnel que les membres de direction s’accordent cependant pour dire que la transversalité peut avoir certains avantages en termes d’interactions. Tout semble reposer alors sur l’aspect formation des nouveaux membres du CSE : en effet, certains ne sont pas encore spécialisés dans l’ensemble des domaines abordés.

Cette multiplicité des sujets traités par le CSE sans délimitation des périmètres de compétence entraîne certes une plus grande concentration des thématiques mais reste très chronophage pour les membres du CSE qui ne peuvent plus être autant en contact avec l’ensemble des salariés.

La majorité du personnel de direction considère le CSE comme étant un instrument d’efficience et un vecteur de diminution de la conflictualité entre les partenaires sociaux. Ils le considèrent comme plus opérationnel avec un relationnel simplifié.

Du côté des salariés, près de 66% d’entre eux ont une bonne image du CSE et le considèrent comme une instance positive pour leurs intérêts. Ces derniers mettent en avant le sujet des conditions de travail comme étant le sujet prioritaire, juste devant les conséquences économiques. Cela peut paraître paradoxal à l’aune de la crise sanitaire mais traduit une véritable prise de conscience des évolutions induites par les retombées du COVID-19 sur le monde du travail à moyen-long terme.

En résumé, si le CSE apparaît mieux perçu et accepté par l’ensemble des acteurs sociaux qu’il ne l’a été au moment de son introduction, la crise actuelle a cependant dissimulé une défiance toujours prégnante envers cette nouvelle instance par les représentants des salariés.

Un des enjeux majeurs des employeurs, à la sortie de crise, sera de prendre en compte les acquis octroyés par les fondements du dialogue social, nés de la période actuelle, pour toujours lier le CSE aux décisions de l’entreprise et ainsi rebâtir un véritable socle de confiance avec les salariés et leurs représentants.


Imprimer Haut de page
  • Information juridique

    Dirigeants, responsables RH,
    recevez GRATUITEMENT
    nos informations juridiques hebdomadaires.

    > Je souhaite m’abonner

    La lettre sociale

    La lettre sociale
    Dirigeants, direction RH, managers, recevez
    GRATUITEMENT toute l'information juridique du mois pour les RH.

    * Champs obligatoires

  • Le Club 20/40

    Formations, petits déjeuners, événements : rejoignez le Club !

    Subscribe 20/40
    > Rejoindre le Club

    > Tout savoir sur le Club 20/40

    REJOINDRE LE CLUB 20/40

    Inscription au Club 20/40

    Rejoindre le Club 20/40 vous donne l'opportunité d'assister à des formations, des petits déjeuners et des événements, en compagnie de dirigeants, directeurs RH et managers de haut niveau.

    Tout savoir sur le Club 20/40

    * Champs obligatoires

  • Nous contacter

    63, avenue Niel
    75017 Paris, France

    E-mail :
    Téléphone : 01 58 36 16 50

    Carte_adresse_63_av_Niel

    > Écrivez-nous

  • Nous rejoindre

    Nous recherchons des juristes et des avocats en droit social pour rejoindre notre équipe.

    > Voir les offres

> Choisir > Choisir

QUESTION

Jaem vous permet de tester votre connaissance du droit social en 10 questions.

Choisissez votre personnage et commencez !

Chargement...
Vous avez eu : +score+ % de bonnes réponses !
> Voir l'explication > Fermer la fenêtre

Vous avez moins de 50 % de bonnes réponses

Rendez-vous sur nos pages de formation pour trouver la formation généraliste qui vous permettra d’acquérir les bases du droit social.

Voir nos formations

Vous avez entre 50 et 75 % de bonnes réponses.

Pas mal !!!!!! Vous trouverez sûrement parmi les formations Daem celle qui vous permettra de passer au niveau Expert !

Voir nos formations

Vous avez plus de 75 % de bonnes réponses.

Vous êtes un as du droit social ! Rendez-vous sur nos pages formations pour dénicher les dernières expertises qui pourraient vous manquer.

Voir nos formations