Éclairage

Remplacement de salariés absents… assouplissement de la jurisprudence


Imprimer

La Cour de cassation, dans un arrêt du 14 février 2018, assouplit sa jurisprudence en matière de CDD de remplacement : un recours à de multiples CDD de remplacement avec le même salarié ne caractérise pas à lui seul un usage abusif du CDD.

En l’espèce une salariée, agent de service, effectue 3 CDD de remplacement pendant l’été 2010, puis 104 CDD de remplacement entre avril 2011 et février 2014. Forte d’une jurisprudence stricte en la matière, elle saisit le juge prud’homal d’une demande de requalification de la relation de travail en contrat à durée indéterminée (avec toutes les demandes inhérentes à une rupture sans cause réelle et sérieuse de CDI).

Elle s’appuie pour cela sur la jurisprudence de la Cour de cassation qui a notamment requalifié en CDI, les CDD d’un agent de service ayant assuré le remplacement de salariés absents pendant 4 ans au moyen de 94 CDD ( soc. 4 décembre 1996 n°93-41.891), de receveurs de poste de péage ayant effectué l’un 22 CDD en 14 mois et l’autre 104 CDD en 3 ans (soc 29 sept 2004 n°02-43.249 et 26 janvier 2005 n°02-45.342).

En effet, en principe, le recours à des CDD successifs pour remplacer des salariés absents est licite lorsque les CDD sont autonomes, distincts et les salariés remplacés identifiés avec précision… jusque-là, tout va bien. Mais si le salarié qui assure les remplacements conserve la même qualification et le même salaire alors la Cour de cassation considère automatiquement qu’il occupe un emploi permanent. Donc, agents de service, receveurs de péage, assistantes de caisse, agents de propreté… autant de contrats de remplacement requalifiés au cours des années passées, au motif qu’ils pourvoyaient en fait à un besoin structurel de main d’œuvre, et qu’il y avait donc place pour un emploi permanent dans l’entreprise.

Dans l’espèce donnant lieu à l’arrêt du 14 février 2018, Les juges du fond concluent en ce sens. Ils constatent la récurrence des CDD de remplacement durant trois ans, et déduisent l’existence d’un besoin structurel de salariés de la récurrence des contrats de remplacement de salariés absents, prenant également en considération l’importance de l’effectif de l’association employeur. En effet, un nombre conséquent de salariés implique beaucoup de cas d’absence (maladie, congés, maternité etc…)… et finalement un emploi permanent de remplaçant.

Si on suit ce raisonnement, toutes les entreprises ayant un effectif conséquent sans spécialisations pointues sont potentiellement concernées.

Heureusement, par cet arrêt du 14 février 2018, la Cour de cassation adopte une position sensiblement différente, tout en gardant le principe de l’interdiction du recours au CDD pour pallier un besoin structurel de salarié : «le seul fait pour l’employeur, qui est tenu de garantir aux salariés le bénéfice des droits à congés maladie ou maternité, à congés payés ou repos que leur accorde la loi, de recourir à des contrats à durée déterminée de remplacement de manière récurrente, voire permanente, ne saurait suffire à caractériser un recours systématique aux contrats à durée déterminée pour faire face à un besoin structurel de main d’œuvre et pourvoir ainsi durablement un emploi durable lié à l’activité normal et permanente de l’entreprise ».

La Cour de cassation prend soin de rattacher sa position à celle prise par la CJUE dans une décision du 26 janvier 2012. Cette dernière estime que la récurrence ou la permanence de recrutement en CDD pour remplacer des salariés absents, même s’il est possible de recourir à un emploi à durée indéterminée, n’impliquent pas obligatoirement l’abus de recours au contrat précaire.

Donc la Cour de cassation indique fermement aux juges du fond qu’ils ne peuvent fonder la requalification sur le caractère répété du recours au CDD de remplacement.

L’absence de cause objective de recours, le besoin structurel de main d’œuvre devront être mis en évidence par le juge du fond pour pouvoir conclure à la requalification….

Donc, la haute juridiction admet, 6 ans après la CJUE, qu’à priori, le fait de pourvoir de façon récurrente au remplacement de salariés absents par des CDD de remplacement n’est pas abusif… ! Merci bien.

Cass. soc. 14 février 2018 n°16-17.966


Imprimer Haut de page
  • La lettre sociale

    Dirigeants, responsables RH,
    recevez GRATUITEMENT
    nos informations juridiques hebdomadaires.

    > Je souhaite m’abonner

    > Voir toutes les lettres

    La lettre sociale

    La lettre sociale
    Dirigeants, direction RH, managers, recevez
    GRATUITEMENT toute l'information juridique du mois pour les RH.

    * Champs obligatoires

  • Le Club 20/40

    Formations, petits déjeuners, événements : rejoignez le Club !

    Subscribe 20/40
    > Rejoindre le Club

    > Tout savoir sur le Club 20/40

    REJOINDRE LE CLUB 20/40

    Inscription au Club 20/40

    Rejoindre le Club 20/40 vous donne l'opportunité d'assister à des formations, des petits déjeuners et des événements, en compagnie de dirigeants, directeurs RH et managers de haut niveau.

    Tout savoir sur le Club 20/40

    * Champs obligatoires

  • Nous contacter

    63, avenue Niel
    75017 Paris, France

    E-mail :
    Téléphone : 01 58 36 16 50

    Carte_adresse_63_av_Niel

    > Écrivez-nous

  • Nous rejoindre

    Nous recherchons des juristes et des avocats en droit social pour rejoindre notre équipe.

    > Voir les offres

> Choisir > Choisir

QUESTION

Jaem vous permet de tester votre connaissance du droit social en 10 questions.

Choisissez votre personnage et commencez !

Chargement...
Vous avez eu : +score+ % de bonnes réponses !
> Voir l'explication > Fermer la fenêtre

Vous avez moins de 50 % de bonnes réponses

Rendez-vous sur nos pages de formation pour trouver la formation généraliste qui vous permettra d’acquérir les bases du droit social.

Voir nos formations

Vous avez entre 50 et 75 % de bonnes réponses.

Pas mal !!!!!! Vous trouverez sûrement parmi les formations Daem celle qui vous permettra de passer au niveau Expert !

Voir nos formations

Vous avez plus de 75 % de bonnes réponses.

Vous êtes un as du droit social ! Rendez-vous sur nos pages formations pour dénicher les dernières expertises qui pourraient vous manquer.

Voir nos formations