Éclairage

Travail en équipes successives / détachement de travailleurs transfrontaliers… la délicate articulation


Imprimer

L’ordonnance n°2019-116 du 20 février 2019 a transposé en droit français la directive européenne 2018/957 du 28 juin 2018 qui prévoit la réglementation relative au détachement de travailleurs.

Cette directive avait pour objectif initial de traduire la volonté du législateur européen de renforcer la réglementation existante en matière de protection des droits des salariés détachés.

Parmi les nouvelles mesures instaurées on relève principalement une recherche d’égalité dans la structure de la rémunération des travailleurs détachés et locaux ou encore la création d’un nouveau statut pour les travailleurs détachés dits de « longue-durée ».

Ce statut retranscrit à l’article 3 de l’ordonnance de février 2019, permet de porter la durée du détachement à 12 mois avec une possibilité de proroger cette période de 6 mois supplémentaires « lorsque l’exécution de la prestation le justifie ».

L’allongement de cette période de détachement est loin d’être anodine. En effet, pendant cette période maximale prévue par la directive, le salarié détaché reste assujetti aux règlementations sociales définies par l’Etat d’origine.

Au-delà de ce laps de temps, et comme le précise le paragraphe n°9 de la directive européenne, l’ensemble des dispositions « qui s’appliquent obligatoirement aux travailleurs dans l’État membre sur le territoire duquel le travail est exécuté » devront s’appliquer aux travailleurs détachés.

On notera tout de même deux exceptions :

  • L’ensemble des procédures relatives à la conclusion et à la rupture du contrat de travail,
  • Les régimes complémentaires de retraite professionnels.

L’une des formes d’organisation du travail dont l’articulation avec le détachement se présente comme étant particulièrement complexe est celle dite par « équipes successives » ou par « travail posté ».

Le travail en équipes successives permet notamment à l’employeur de passer outre certaines barrières journalières et hebdomadaires du temps de travail en organisant la prestation par roulement de deux équipes au minimum, sur des postes identiques, de manière continue ou discontinue.

La technique du travail posté a d’ores et déjà été appréhendée par la réglementation européenne via la directive 2003/88/CE du 4 novembre 2003 qui définit, dans le cinquième paragraphe de son deuxième article, cette modalité de structuration d’exécution de la prestation.

La caractéristique principale du travail en équipes successives est la continuité de l’exécution du travail. En effet les sociétés qui recourent à cette organisation désirent avant tout ne pas arrêter le fonctionnement de la chaîne de production et des équipements l’accompagnant.

On retrouve notamment le travail posté dans les activités où un arrêt de la production aurait des conséquences économiques lourdes pour l’entreprise (comme la métallurgie) ou dans les activités où une suspension de la production pourrait avoir des conséquences d’ordre sécuritaire (comme dans l’industrie pharmaceutique).

A l’étude des champs d’activité que recouvre le travail en équipes successives, on s’aperçoit que cela ne concerne généralement pas les activités de production de court terme. Or, l’une des conditions sine qua non au recours à des travailleurs détachés est qu’ils soient affectés à la réalisation d’un travail temporaire.

Une limitation temporaire instaurée par l’Union européenne pour éviter le recours massif aux travailleurs détachés dans un objectif de dumping social agressif au sein de l’espace communautaire, où les écarts concernant les salaires médians et le niveau des prestations sociales sont importants entres les pays.

Le ministère du travail en France avait déjà analysé cette difficulté depuis quelques années. Dans une circulaire de la Direction générale du travail, en date du 5 octobre 2008 (Circulaire DGT 2008/17), il était précisé que le caractère temporaire du détachement devait s’apprécier au cas par cas.

La circulaire rajoute également à titre d’exemple qu’ « un employeur ne peut procéder au détachement d’équipes successives de salariés sur des postes permanents ». Effectivement un détachement sur des postes permanents deviendrait contraire à la raison d’être de ce dernier, mais c’est paradoxalement sur ce type de poste que s’applique prioritairement le recours au travail en équipes successives.

S’il est toujours possible pour l’employeur de recourir au détachement de travailleurs postés, ce dernier doit s’assurer qu’ils soient affectés à une mission nécessairement limitée dans le temps.

Et plus spécifiquement, il se doit d’être particulièrement vigilant sur la durée du détachement des travailleurs transnationaux affectés à une mission en France, sous peine de voir la règlementation sociale du pays d’accueil devenir applicable à ces derniers.


Imprimer Haut de page
  • Information juridique

    Dirigeants, responsables RH,
    recevez GRATUITEMENT
    nos informations juridiques hebdomadaires.

    > Je souhaite m’abonner

    La lettre sociale

    La lettre sociale
    Dirigeants, direction RH, managers, recevez
    GRATUITEMENT toute l'information juridique du mois pour les RH.

    * Champs obligatoires

  • Le Club 20/40

    Formations, petits déjeuners, événements : rejoignez le Club !

    Subscribe 20/40
    > Rejoindre le Club

    > Tout savoir sur le Club 20/40

    REJOINDRE LE CLUB 20/40

    Inscription au Club 20/40

    Rejoindre le Club 20/40 vous donne l'opportunité d'assister à des formations, des petits déjeuners et des événements, en compagnie de dirigeants, directeurs RH et managers de haut niveau.

    Tout savoir sur le Club 20/40

    * Champs obligatoires

  • Nous contacter

    63, avenue Niel
    75017 Paris, France

    E-mail :
    Téléphone : 01 58 36 16 50

    Carte_adresse_63_av_Niel

    > Écrivez-nous

  • Nous rejoindre

    Nous recherchons des juristes et des avocats en droit social pour rejoindre notre équipe.

    > Voir les offres

> Choisir > Choisir

QUESTION

Jaem vous permet de tester votre connaissance du droit social en 10 questions.

Choisissez votre personnage et commencez !

Chargement...
Vous avez eu : +score+ % de bonnes réponses !
> Voir l'explication > Fermer la fenêtre

Vous avez moins de 50 % de bonnes réponses

Rendez-vous sur nos pages de formation pour trouver la formation généraliste qui vous permettra d’acquérir les bases du droit social.

Voir nos formations

Vous avez entre 50 et 75 % de bonnes réponses.

Pas mal !!!!!! Vous trouverez sûrement parmi les formations Daem celle qui vous permettra de passer au niveau Expert !

Voir nos formations

Vous avez plus de 75 % de bonnes réponses.

Vous êtes un as du droit social ! Rendez-vous sur nos pages formations pour dénicher les dernières expertises qui pourraient vous manquer.

Voir nos formations