Éclairage

Une dénonciation de harcèlement peut faire l’objet d’une action en diffamation…


Imprimer

L’article L.1152-2 du code du travail protège le salarié qui dénonce une situation de harcèlement. Ce dernier ne peut subir ni mesure discriminatoire, ni sanction et a fortiori, il ne peut être licencié en raison de cette dénonciation… sauf en cas de dénonciation de mauvaise foi.

La jurisprudence a précisé les limites de l’interdiction : ce n’est que lorsque le salarié dénonce de mauvaise foi une situation de harcèlement que l’employeur retrouve son pouvoir de sanction, notamment le droit de licencier le salarié.

Rappelons que pour la jurisprudence, la mauvaise foi ne peut résulter que de la connaissance par le salarié de la fausseté des faits qu’il dénonce, et non de la seule circonstance que les faits dénoncés ne sont pas établis (Cass. soc., 7 févr. 2012, n°10-18.035).

L’employeur doit supporter l’entière charge de la preuve : il doit non seulement prouver que les faits dénoncés ne sont pas établis mais encore que le salarié le savait (Cass. soc., 10 juin 2015, no 13-25.554).

C’est en raison de ces règles de preuve que la chambre civile de la Cour de cassation a fermé la voie d’une action en diffamation (allégation ou imputation d’un fait non avéré qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération d’une personne, loi du 29 juillet 1881 art. 29 et 32), tout en réservant en revanche la possibilité d’une action en dénonciation calomnieuse avec une charge de la preuve pesant sur la partie poursuivante (Cass. 1re civ., 28 sept. 2016, n° 15-21.823).

Toutefois, la chambre criminelle de la Cour de cassation vient d’admettre que l’immunité pénale de la personne qui dénonce des faits de harcèlement peut être levée dans certaines circonstances, et rend, dans ce cas, l’action en diffamation possible au pénal.

En l’espèce, une salariée avait envoyé un courriel intitulé « agression sexuelle, harcèlement sexuel et moral » au directeur de l’association qui l’employait ainsi qu’à l’inspecteur du travail, mais également des cadres de l’association et au fils de l’auteur dénoncé des agissements.

La Cour de cassation décide que pour pouvoir bénéficier d’une irresponsabilité pénale, la personne poursuivie du chef de diffamation doit avoir réservé sa dénonciation d’agissements de harcèlement sexuel ou moral « à son employeur ou à des organes chargés de veiller à l’application des dispositions du Code du travail et non, comme en l’espèce, l’avoir aussi adressée à des personnes ne disposant pas de l’une de ces qualités ».

Ainsi, lorsque la dénonciation est diffusée à d’autre personne que l’employeur, l’inspection du travail, les représentants du personnel, ainsi que les DRH ou RHH, le « dénonciateur » pourra alors faire l’objet d’une action en diffamation de la part de l’auteur présumé des agissements. L’action étant admise, il appartenait alors à la salariée d’établir la véracité des faits qu’elle dénonçait, ou à tout le moins de démontrer sa bonne foi dans la dénonciation…ce qu’elle n’a pas réussi à faire.

Cass. Crim. 26 novembre 2019 n°19-80.360


Imprimer Haut de page
  • Information juridique

    Dirigeants, responsables RH,
    recevez GRATUITEMENT
    nos informations juridiques hebdomadaires.

    > Je souhaite m’abonner

    La lettre sociale

    La lettre sociale
    Dirigeants, direction RH, managers, recevez
    GRATUITEMENT toute l'information juridique du mois pour les RH.

    * Champs obligatoires

  • Le Club 20/40

    Formations, petits déjeuners, événements : rejoignez le Club !

    Subscribe 20/40
    > Rejoindre le Club

    > Tout savoir sur le Club 20/40

    REJOINDRE LE CLUB 20/40

    Inscription au Club 20/40

    Rejoindre le Club 20/40 vous donne l'opportunité d'assister à des formations, des petits déjeuners et des événements, en compagnie de dirigeants, directeurs RH et managers de haut niveau.

    Tout savoir sur le Club 20/40

    * Champs obligatoires

  • Nous contacter

    63, avenue Niel
    75017 Paris, France

    E-mail :
    Téléphone : 01 58 36 16 50

    Carte_adresse_63_av_Niel

    > Écrivez-nous

  • Nous rejoindre

    Nous recherchons des juristes et des avocats en droit social pour rejoindre notre équipe.

    > Voir les offres

> Choisir > Choisir

QUESTION

Jaem vous permet de tester votre connaissance du droit social en 10 questions.

Choisissez votre personnage et commencez !

Chargement...
Vous avez eu : +score+ % de bonnes réponses !
> Voir l'explication > Fermer la fenêtre

Vous avez moins de 50 % de bonnes réponses

Rendez-vous sur nos pages de formation pour trouver la formation généraliste qui vous permettra d’acquérir les bases du droit social.

Voir nos formations

Vous avez entre 50 et 75 % de bonnes réponses.

Pas mal !!!!!! Vous trouverez sûrement parmi les formations Daem celle qui vous permettra de passer au niveau Expert !

Voir nos formations

Vous avez plus de 75 % de bonnes réponses.

Vous êtes un as du droit social ! Rendez-vous sur nos pages formations pour dénicher les dernières expertises qui pourraient vous manquer.

Voir nos formations