About town

Rupture conventionnelle, les dernières précisions de la Cour de cassation


Print

Le succès de la rupture conventionnelle ne se dément pas, toutefois, les employeurs doivent veiller strictement au respect des exigences légales et jurisprudentielles relatives à sa mise en œuvre, s’ils ne veulent pas risquer l’annulation de la convention et donc une requalification de la rupture en licenciement sans cause réelle et sérieuse de la rupture.

Les actions en nullité de la convention de rupture conventionnelle ne manquent pas, ainsi que le démontre l’abondant contentieux.

Ainsi, la Cour de cassation s’est récemment prononcée sur quelques points d’ordre formels, mais susceptibles d’entrainer la nullité de la convention de rupture.

Le 19 juin dernier, elle a abordé les conséquences de l’omission de la date de signature de la convention : en l’espèce, le formulaire de rupture indiquait bien les dates des deux entretiens, la date de la fin du délai de rétractation, ainsi que la date envisagée de la rupture du contrat. Toutefois, la date de signature de la convention n’était pas précisée. La Cour de cassation confirme l’arrêt de la cour d’appel qui annule la convention de rupture, l’absence de date de la signature ne permet pas de déterminer le point de départ du délai de rétractation, la convention doit donc être annulée et la rupture analysée en licenciement sans cause réelle et sérieuse (Cass. soc. 19 juin 2019, n°17-23.586).

Le délai de rétractation fait l’objet d’une attention particulière.

La Cour de cassation a ainsi précisé, dans un arrêt également daté du 19 juin 2019 (n°18-22.897, que le respect de ce délai s’apprécie au jour de l’envoi de la lettre de rétractation et non au jour de sa réception. Soulignons qu’en l’espèce, c’était l’employeur qui exerçait son droit à rétractation.

Il faut reconnaitre que le calcul du délai n’est pas simple. Il obéit aux principes des articles 641 et 642 du code de procédure civile et de l’article R.1231-1 du code du travail. Ce délai de 15 jours calendaires démarre le lendemain de la signature de la convention et se termine au 15èmejour à minuit. Lorsqu’il expire un samedi, un dimanche ou un jour férié ou chômé, il est prorogé jusqu’au premier jour ouvré suivant.

La liberté du consentement du salarié reste la clef de voute de la jurisprudence. Ainsi, l’assistance de l’employeur, lors de l’entretien préalable à la signature de la convention de rupture, ne peut entraîner la nullité de la rupture conventionnelle que si elle a engendré une contrainte ou une pression pour le salarié qui se présente seul à l’entretien (Cass. soc. 5 juin 2019 n°18-10.901).

C’est d’ailleurs la liberté du consentement qui est à la racine d’un arrêt du 3 juillet 2019 (n°18-14.414) où la Cour de cassation décide qu’il appartient à l’employeur de prouver qu’un exemplaire de la convention de rupture a bien été remis au salarié.

En effet, selon le raisonnement des magistrats, le salarié, privé d’un exemplaire de la rupture, n’a pas toutes les données pour évaluer clairement les conséquences de la rupture, et donc exercer éventuellement son droit de rétractation ou consentir à la rupture en toute connaissance de cause.

La Cour de cassation avait déjà jugé que « la remise d’un exemplaire de la convention de rupture au salarié est nécessaire à la fois pour que chacune des parties puisse demander l’homologation de la convention, dans les conditions prévues par l’article L. 1237-14 du Code du travail, et pour garantir le libre consentement du salarié, en lui permettant d’exercer ensuite son droit de rétractation en connaissance de cause» (Cass. soc., 6 févr. 2013, no11-27.000).

Elle décide donc aujourd’hui que la charge de la preuve de la remise repose sur l’employeur. Il est ainsi fortement recommandé de demander au salarié de signer une décharge lors de la remise du document, ou d’indiquer, lors de sa signature, qu’il reconnait avoir reçu un exemplaire original de la convention.


Print Top
  • 20/40 Club

    Training, breakfasts, events: join the Club!

    Subscribe 20/40
    > Join the Club

    > Discover the 20 /40 Club

    REJOINDRE LE CLUB 20/40

    Inscription au Club 20/40

    Rejoindre le Club 20/40 vous donne l'opportunité d'assister à des formations, des petits déjeuners et des événements, en compagnie de dirigeants, directeurs RH et managers de haut niveau.

    Tout savoir sur le Club 20/40

    * Champs obligatoires

  • Contact us

    63, avenue Niel,
    75017 Paris, France

    E-mail :
    Phone : +33 1 58 36 16 50

    Carte_adresse_63_av_Niel

    > Write us

  • Join us

    We are looking for legal experts and lawyers specialized in employment law to join our team.

    See our openings

> Choisir > Choisir

QUESTION

Jaem vous permet de tester votre connaissance du droit social en 10 questions.

Choisissez votre personnage et commencez !

Chargement...
Vous avez eu : +score+ % de bonnes réponses !
> Voir l'explication > Fermer la fenêtre

Vous avez moins de 50 % de bonnes réponses

Rendez-vous sur nos pages de formation pour trouver la formation généraliste qui vous permettra d’acquérir les bases du droit social.

Voir nos formations

Vous avez entre 50 et 75 % de bonnes réponses.

Pas mal !!!!!! Vous trouverez sûrement parmi les formations Daem celle qui vous permettra de passer au niveau Expert !

Voir nos formations

Vous avez plus de 75 % de bonnes réponses.

Vous êtes un as du droit social ! Rendez-vous sur nos pages formations pour dénicher les dernières expertises qui pourraient vous manquer.

Voir nos formations