In depth

Forfait jours, tout n’est pas encore dit….


Print

Un arrêt de la Cour de cassation du 16 octobre 2019, promis à une large diffusion, alerte sur les conditions d’application de la sécurisation des accords relatifs aux forfaits jours, issue de la loi Travail du 8 août 2016.

Rappelons que la Cour de cassation a imposé dans un arrêt du 29 juin 2011(n°09-71.107) des conditions de validité aux accords collectifs mettant en place un système de forfait jours afin de mettre le droit français en conformité avec le droit européen en cette matière.

La loi Travail du 8 août 2016 a intégré ces exigences jurisprudentielles au sein de l’article L. 3121-64 du code du travail.

Afin de permettre la poursuite des conventions individuelles conclues sur le fondement d’un accord collectif incomplet antérieur à la publication de la loi, l’article 12, I de la loi Travail a prévu que les accords révisés pour être mis en conformité avec les nouvelles dispositions de l’article L.3121-64 du code du travail s’appliqueraient automatiquement aux conventions individuelles de forfait jours, sans qu’il soit besoin de requérir l’accord du salarié.

La Cour de cassation, dans son arrêt du 16 octobre 2019, rappelle que ce mécanisme de sécurisation des conventions individuelles ne s’applique que pour les accords de mise en conformité conclus postérieurement à la loi du 8 août 2019.

En l’espèce, un salarié dépendant de la convention collective des hôtels, cafés, restaurants (HCR) avait signé une convention individuelle de forfait jours sur le fondement de l’article 13.2 de l’avenant n°1 du 13 juillet 2004 relatif à la durée et à l’aménagement du temps de travail, aux congés payés, au travail de nuit et à la prévoyance.

Or cet avenant ne répondait pas aux conditions de validité posées par la Cour de cassation depuis 2011, et toutes les conventions individuelles signées sur son fondement étaient susceptibles d’être annulées.

Le salarié demande et obtient la nullité de sa convention de forfait, et la résiliation de son contrat de travail.

L’employeur fait valoir que les partenaires sociaux de la branche ont donc conclu le 16 décembre 2014 un avenant n°22 relatif aux cadres autonomes, étendu par un arrêté du 29 février 2016, dont les dispositions, conformes aux exigences jurisprudentielles (et maintenant légales). Il soutient que les dispositions de l’avenant n°22 se sont substituées à celles de l’article 13.2 de l’avenant n°1, et ainsi que le prévoit expressément l’avenant n°22. Ainsi, selon l’employeur, la convention individuelle de forfait ne peut être déclarée nulle au jour du jugement.

Les juges d’appel, approuvés par la Cour de cassation, jugent « qu’à défaut d’avoir soumis au salarié une nouvelle convention de forfait jours après le 1er avril 2016, date de l’entrée en vigueur de l’arrêté d’extension de l’avenant n° 22 du 16 décembre 2014 relatif aux cadres autonomes, l’employeur ne pouvait se prévaloir des dispositions de ce texte pour la période postérieure au 1er avril 2016 ». Il en résulte que la convention de forfait jours est nulle.

En effet, aux termes de l’article 12 I de la loi Travail, la sécurisation ne concerne que les accords de mise en conformité avec l’article L. 3121-64 du Code du travail, « dans sa rédaction résultant de la présente loi ». Ainsi, les accords signés avant l’entrée en vigueur de la loi Travail ne s’appliquent pas automatiquement aux conventions individuelles de forfait, il convenait donc de signer une nouvelle convention de forfait sur le fondement de l’accord de mise en conformité antérieur à la loi Travail.

Cass. soc. 16 octobre 2019 n° 18-16.539 FS-PBRI


Print Top
  • 20/40 Club

    Training, breakfasts, events: join the Club!

    Subscribe 20/40
    > Join the Club

    > Discover the 20 /40 Club

    REJOINDRE LE CLUB 20/40

    Inscription au Club 20/40

    Rejoindre le Club 20/40 vous donne l'opportunité d'assister à des formations, des petits déjeuners et des événements, en compagnie de dirigeants, directeurs RH et managers de haut niveau.

    Tout savoir sur le Club 20/40

    * Champs obligatoires

  • Contact us

    63, avenue Niel,
    75017 Paris, France

    E-mail :
    Phone : +33 1 58 36 16 50

    Carte_adresse_63_av_Niel

    > Write us

  • Join us

    We are looking for legal experts and lawyers specialized in employment law to join our team.

    See our openings

> Choisir > Choisir

QUESTION

Jaem vous permet de tester votre connaissance du droit social en 10 questions.

Choisissez votre personnage et commencez !

Chargement...
Vous avez eu : +score+ % de bonnes réponses !
> Voir l'explication > Fermer la fenêtre

Vous avez moins de 50 % de bonnes réponses

Rendez-vous sur nos pages de formation pour trouver la formation généraliste qui vous permettra d’acquérir les bases du droit social.

Voir nos formations

Vous avez entre 50 et 75 % de bonnes réponses.

Pas mal !!!!!! Vous trouverez sûrement parmi les formations Daem celle qui vous permettra de passer au niveau Expert !

Voir nos formations

Vous avez plus de 75 % de bonnes réponses.

Vous êtes un as du droit social ! Rendez-vous sur nos pages formations pour dénicher les dernières expertises qui pourraient vous manquer.

Voir nos formations