Interview
Interview

Pierre-Yves Verkindt


Imprimer

Monsieur Verkindt est Professeur de droit social, Co-Directeur du Master 2 Juriste de Droit social de l’Université Panthéon-Paris I et auteur du Rapport sur le Comité d’Hygiène de Sécurité et des Conditions de Travail remis au Comité d’Orientation des Conditions de travail qui regroupe notamment les partenaires sociaux le 28 février 2014. 

Monsieur Le Professeur, le CHSCT est devenu aujourd’hui une institution incontournable, comment expliquez-vous cette ascension ?

A mon sens, cette ascension s’explique par la convergence de plusieurs facteurs qui n’existaient alors pas en 1982 (ndlr : le CHSCT a vu le jour en 1982). J’en citerais trois :

-          l’ampleur qu’ont prises les questions de santé et de prévention notamment en raison de la Directive communautaire (ndlr : Directive 89/391/CEE du Conseil, du 12 juin 1989, concernant la mise en œuvre de mesures visant à promouvoir l’amélioration de la sécurité et de la santé des travailleurs au travail) avec pour effet induit la découverte ou la redécouverte de l’obligation de sécurité de résultat,

-          l’importance prise par la notion de conditions de travail qui dépasse désormais l’approche  physique ou physiologique et inclut désormais une problématique relationnelle et organisationnelle ; la notion  englobe aujourd’hui pratiquement tous  les aspects de la vie de l’entreprise,

-          un phénomène plus ponctuel  en partie lié à l’importance prise par les troubles psychosociaux et les choix managériaux.

Ces trois facteurs ont convergé et ont  été « cristallisés » par la Jurisprudence de la chambre sociale et de la 2ème chambre civile de la Cour de cassation qui a donné toute sa force à la notion d’obligation de sécurité de résultat.

Le CHSCT dont les missions sont de prévenir et de contribuer à l’amélioration de la santé, de la sécurité et des conditions de travail des salariés est par conséquent devenu incontournable.

En qualité de conseil de grands groupes, nous sommes confrontés à des demandes d’expertises émanant du CHSCT de plus en plus nombreuses, et sur des projets très divers. Les frais d’expertise, qui sont imputables à l’employeur, s’avèrent souvent très élevés, ne pensez-vous pas que le législateur devrait encadrer ces frais et ainsi endiguer l’important contentieux qui en découle ?

Ma position sur l’expertise est claire. Il faut se souvenir que l’expert, payé par l’employeur est avant tout l’expert du CHSCT, qu’il ne se positionne pas à équidistance des parties intéressées.

Il est illusoire de chercher à encadrer législativement le montant des honoraires du cabinet d’expertise en fixant des barèmes. Les dossiers présentés au Ministère pour l’obtention de l’agrément comportent déjà des indications sur le tarif pratiqué par le cabinet ou la structure qui sollicite l’agrément.

Je verrais plutôt la solution à trois niveaux :

-          la profession d’expert doit trouver le moyen de s’organiser,

-           la pratique de l’agrément doit être maintenue et renforcée afin de permettre d’assurer un vrai contrôle des experts par les autorités en charge de l’agrément ce qui devrait pouvoir  sanctionner les cabinets d’expertise en cas de défaillance (retrait ou non renouvellement de l’agrément),

-          Il me semble enfin que l’action de l’expert devrait rester sous le contrôle du CHSCT et les règles devraient être modifiées pour permettre une fixation précise du point de départ de la mission.

Que pensez-vous de la demande faite par certains experts d’inscrire le burn out sur le tableau des maladies professionnelles ? (ndlr : certains experts demandent à ce que le burn out soit considéré comme une maladie « présumée » d’origine professionnelle).

Sur la partie gauche des tableaux des maladies professionnelles, les symptômes doivent être clairement identifiés. Je ne suis pas médecin mais l’épuisement au travail ne me paraît pas constituer en soi une pathologie mais il peut y conduire.

Nous sommes de plus dans l’attente de certains travaux dans le champ de la médecine du travail qui tentent d’identifier les marqueurs biologiques des facteurs de surcharge au travail. Ces travaux ne sont pas encore pleinement aboutis à ma connaissance.

La solution serait  à mon sens de donner un peu plus de souplesse dans la reconnaissance du syndrome de burn out par le Comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP). En effet, pour que le burn out (ou plutôt ses effets) soit reconnu comme une maladie  professionnelle, le taux d’incapacité doit être aujourd’hui de 25 %, ce qui signifie que les symptômes doivent être suffisamment importants.

Une des alternatives à la reconnaissance du burn out comme maladie  professionnelle serait dès lors d’abaisser baisser le taux d’incapacité en deçà de 25 % afin de permettre aux  salariés souffrant de burn out de faire reconnaître leur maladie au cas par cas, par saisine du CRRMP. .

Interview réalisée par Julia Zein, Avocate, Cabinet Daempartners


Imprimer Haut de page
  • Information juridique

    Dirigeants, responsables RH,
    recevez GRATUITEMENT
    nos informations juridiques hebdomadaires.

    > Je souhaite m’abonner

    La lettre sociale

    La lettre sociale
    Dirigeants, direction RH, managers, recevez
    GRATUITEMENT toute l'information juridique du mois pour les RH.

    * Champs obligatoires

  • Le Club 20/40

    Formations, petits déjeuners, événements : rejoignez le Club !

    Subscribe 20/40
    > Rejoindre le Club

    > Tout savoir sur le Club 20/40

    REJOINDRE LE CLUB 20/40

    Inscription au Club 20/40

    Rejoindre le Club 20/40 vous donne l'opportunité d'assister à des formations, des petits déjeuners et des événements, en compagnie de dirigeants, directeurs RH et managers de haut niveau.

    Tout savoir sur le Club 20/40

    * Champs obligatoires

  • Nous contacter

    63, avenue Niel
    75017 Paris, France

    E-mail :
    Téléphone : 01 58 36 16 50

    Carte_adresse_63_av_Niel

    > Écrivez-nous

  • Nous rejoindre

    Nous recherchons des juristes et des avocats en droit social pour rejoindre notre équipe.

    > Voir les offres

> Choisir > Choisir

QUESTION

Jaem vous permet de tester votre connaissance du droit social en 10 questions.

Choisissez votre personnage et commencez !

Chargement...
Vous avez eu : +score+ % de bonnes réponses !
> Voir l'explication > Fermer la fenêtre

Vous avez moins de 50 % de bonnes réponses

Rendez-vous sur nos pages de formation pour trouver la formation généraliste qui vous permettra d’acquérir les bases du droit social.

Voir nos formations

Vous avez entre 50 et 75 % de bonnes réponses.

Pas mal !!!!!! Vous trouverez sûrement parmi les formations Daem celle qui vous permettra de passer au niveau Expert !

Voir nos formations

Vous avez plus de 75 % de bonnes réponses.

Vous êtes un as du droit social ! Rendez-vous sur nos pages formations pour dénicher les dernières expertises qui pourraient vous manquer.

Voir nos formations