Point de vue

Accident du travail ou maladie professionnelle : il faut apprendre à contester !


Imprimer

Il arrive bien des situations où l’employeur reçoit, sans préavis, un courrier émanant de la CPAM lui indiquant que l’un de ses salariés a déclaré une maladie professionnelle ou se prévaut d’un accident de travail et ce, alors même que, parfois, l’employeur n’a nullement connaissance de l’incident invoqué.

 

L’employeur doit, dans ces conditions, immédiatement réagir !

En effet, ce dernier dispose de plusieurs recours et notamment de la possibilité de contester les allégations du salarié auprès de la CPAM en émettant, tout au long de l’instruction et avant que la décision ne soit rendue, des réserves motivées.

Ce dispositif est trop souvent méconnu voire négligé mais influe pourtant sensiblement sur la décision de la caisse.

Les réserves motivées ainsi émises par l’employeur ne constituent pas, à proprement parler, un recours mais, surtout lorsqu’elles sont documentées, permettent de fournir des informations cruciales à la CPAM pendant la phase d’instruction.

Les informations portent essentiellement sur les circonstances de temps et de lieu de l’accident ou de la maladie ou bien sur l’existence d’une cause étrangère au travail mais permettent aussi, certaines fois, de pouvoir communiquer à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie des précisions d’un autre ordre (procédure de licenciement engagée, pratiques coutumières pour le salarié de mener des actions pour la reconnaissance du caractère professionnel d’un accident ou d’une maladie….).

Toutefois et si la caisse devait pourtant reconnaitre le caractère professionnel de l’accident ou de la maladie, il ne faut pas hésiter, une fois encore, à contester la décision de la caisse en tant qu’elle lui fait grief, comme toute décision administrative.

En effet, étant donné l’incidence des accidents du travail et des maladies professionnelles sur le taux de cotisation de l’employeur, ce dernier a absolument intérêt, s’il existe un doute, à contester le caractère professionnel d’un accident ou d’une maladie.

A cet égard, dès lors qu’il reçoit une notification en bonne et due forme, l’employeur a la faculté de contester la décision dans un délai de 2 mois ; à défaut d’une telle contestation dans le délai, la décision de reconnaissance devient définitive pour l’employeur.

Une telle contestation relève du contentieux général de la Sécurité sociale et implique une première phase amiable dans laquelle l’employeur doit saisir la Commission de Recours Amiable (CRA).

L’employeur saisit ensuite, toujours dans le délai maximum de deux mois à compter de la notification de la décision, le Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale (TASS) pour la phase contentieuse.

S’il n’est pas toujours aisé pour l’employeur de combattre la présomption d’imputabilité qui joue lorsque la maladie remplit les conditions posées par les tableaux de maladies professionnelles par exemple, en revanche, la présomption d’imputabilité de l’accident au travail, survenu brusquement au temps et au lieu du travail, peut être écartée simplement par la preuve contraire.

Il appartient à l’employeur de renverser la présomption d’imputabilité en apportant la preuve que cette lésion a eu une cause totalement étrangère au travail voire que le salarié s’est volontairement soustrait à son autorité ou bien alors que l’incident pourrait être dû à un état pathologique préexistant sur lequel le travail a été sans incidence.

Parmi les larges moyens d’action dont dispose l’employeur dans le cadre du litige l’opposant à la caisse, il a été jugé que, d’un point de vue procédural, l’employeur peut aller jusqu’à solliciter une mesure d’expertise judiciaire, ou même si nécessaire, une autopsie.

A l’heure actuelle, la santé ou la sécurité des salariés au travail sont des thèmes omniprésents dont les répercussions peuvent parfois coûter très cher à l’employeur. A fortiori dans la mesure où ces sujets risquent désormais d’être fortement exploités par les salariés pour « déplafonner » les indemnités prévues par les ordonnances Macron, ces derniers y voyant une véritable aubaine pour obtenir une indemnisation toujours plus importante.

Il apparait opportun pour les employeurs d’enrayer un tel phénomène en prenant le bon réflexe de contester les actions engagées par les salariés auprès de la CPAM et les décisions rendues par la Caisse !


Imprimer Haut de page
  • La lettre sociale

    Dirigeants, responsables RH,
    recevez GRATUITEMENT
    nos informations juridiques hebdomadaires.

    > Je souhaite m’abonner

    > Voir toutes les lettres

    La lettre sociale

    La lettre sociale
    Dirigeants, direction RH, managers, recevez
    GRATUITEMENT toute l'information juridique du mois pour les RH.

    * Champs obligatoires

  • Le Club 20/40

    Formations, petits déjeuners, événements : rejoignez le Club !

    Subscribe 20/40
    > Rejoindre le Club

    > Tout savoir sur le Club 20/40

    REJOINDRE LE CLUB 20/40

    Inscription au Club 20/40

    Rejoindre le Club 20/40 vous donne l'opportunité d'assister à des formations, des petits déjeuners et des événements, en compagnie de dirigeants, directeurs RH et managers de haut niveau.

    Tout savoir sur le Club 20/40

    * Champs obligatoires

  • Nous contacter

    63, avenue Niel
    75017 Paris, France

    E-mail :
    Téléphone : 01 58 36 16 50

    Carte_adresse_63_av_Niel

    > Écrivez-nous

  • Nous rejoindre

    Nous recherchons des juristes et des avocats en droit social pour rejoindre notre équipe.

    > Voir les offres

> Choisir > Choisir

QUESTION

Jaem vous permet de tester votre connaissance du droit social en 10 questions.

Choisissez votre personnage et commencez !

Chargement...
Vous avez eu : +score+ % de bonnes réponses !
> Voir l'explication > Fermer la fenêtre

Vous avez moins de 50 % de bonnes réponses

Rendez-vous sur nos pages de formation pour trouver la formation généraliste qui vous permettra d’acquérir les bases du droit social.

Voir nos formations

Vous avez entre 50 et 75 % de bonnes réponses.

Pas mal !!!!!! Vous trouverez sûrement parmi les formations Daem celle qui vous permettra de passer au niveau Expert !

Voir nos formations

Vous avez plus de 75 % de bonnes réponses.

Vous êtes un as du droit social ! Rendez-vous sur nos pages formations pour dénicher les dernières expertises qui pourraient vous manquer.

Voir nos formations