Point de vue

De l’équilibrisme de l’employeur en matière de harcèlement


Imprimer

La jurisprudence considère que, tenu d’une obligation de sécurité de résultat, l’employeur est responsable dès qu’un salarié est victime de tels agissements. C’est une responsabilité sans faute : l’absence de faute de sa part ne saurait l’exonérer de sa responsabilité (Cass. Soc. 21 juin 2006 n°05-43.914). Cette dernière est engagée quand bien même il aurait pris les mesures nécessaires pour les faire cesser (Cass. Soc. 3 février 2010 n°08-44.019).

En conséquence, dès lors que le harcèlement du salarié victime est judiciairement reconnu, la prise d’acte de ce dernier est nécessairement fondée (Cass. Soc. 3 février 2010 n°08.40.144) et emporte les conséquences d’un licenciement nul (Cass. Soc. 20 février 2013 n°11.26.560). La victime n’a pas à démontrer l’existence d’un préjudice, laquelle découle nécessairement du harcèlement moral constitué (Cass. Soc. 6 mai 2014 n°12-25.253). L’obligation légale de prévenir tout harcèlement et l’interdiction d’un harcèlement à l’encontre d’un salarié sont deux obligations distinctes, leur violation entraine en conséquence des préjudices différents qui ouvrent droit à des réparations distinctes (Cass. Soc. 6 juin 2012 n°10-27.694).

Pour l’employeur, il résulte de cette jurisprudence une obligation de sanctionner le salarié auteur de harcèlement moral. Le Code du travail précise d’ailleurs que tout salarié ayant procédé aux agissements de harcèlement moral est passible d’une sanction disciplinaire (art. L.1152-5 du code du travail). La sanction fait partie des mesures de prévention : arrêter les agissements de l’auteur afin de protéger au plus vite la ou les victimes, et mettre l’accent auprès de la communauté des salariés sur le caractère inacceptable d’un tel comportement. La rigueur de la jurisprudence relative au harcèlement dans l’entreprise témoigne suffisamment de la gravité du comportement incriminé.

Pourtant, et c’est là que la jurisprudence perd de sa lisibilité, l’arrêt du 22 octobre 2014 vient dire que l’employeur ne peut se retrancher derrière son obligation de prévention pour rompre immédiatement le contrat de travail, c’est-à-dire licencier l’auteur pour faute grave.

En l’espèce, l’employeur reprochait un harcèlement managérial à une salariée, animatrice développement des ventes dans un laboratoire pharmaceutique. Les juges du fond reconnaissent l’existence d’un management fautif en raison de l’attitude très autoritaire et inappropriée de la salariée à l’égard de ses subordonnés clairement établie ayant des répercussions sur l’ensemble de l’équipe. Toutefois, ils refusent la qualification de harcèlement. En effet, le harcèlement managérial n’est admis par la jurisprudence que si les méthodes de gestion fautives se manifestent pour un salarié déterminé, conduisant ce dernier à une dégradation de ses conditions de travail, une altération de sa santé, une atteinte à ses droits et à sa dignité ou compromettant son avenir professionnel. Mais la décision de la Cour de cassation est intéressante sur le deuxième dispositif en ce qu’elle vise les situations de susceptible de caractériser ou dégénérer en harcèlement moral : la sanction n’est pas nécessairement une faute grave, c’est-à-dire qu’elle n’empêche pas nécessairement le maintien du contrat de travail du salarié pendant la durée du préavis … le contrat peut donc perdurer pendant 6 mois s’agissant d’un cadre. Durant ce laps de temps, l’employeur sera alors contraint de prendre des mesures de sauvegarde pour protéger les salariés de ce management inapproprié, et cela au regard de son obligation de sécurité de résultat. Il devra également prendre garde à ce que lesdites mesures qui ne puissent pas être qualifiées de sanction disciplinaire s’il ne veut pas se voir opposer l’adage « non bis in idem » lors du licenciement pour cause réelle et sérieuse du salarié auteur.

Vis-à-vis des salariés victimes, l’employeur est responsable, mais vis-à-vis du salarié fautif l’employeur voit ses possibilités d’action sérieusement réduites.

Cass. Soc. 22 octobre 2014 n°13-18.862


Imprimer Haut de page
  • Information juridique

    Dirigeants, responsables RH,
    recevez GRATUITEMENT
    nos informations juridiques hebdomadaires.

    > Je souhaite m’abonner

    La lettre sociale

    La lettre sociale
    Dirigeants, direction RH, managers, recevez
    GRATUITEMENT toute l'information juridique du mois pour les RH.

    * Champs obligatoires

  • Le Club 20/40

    Formations, petits déjeuners, événements : rejoignez le Club !

    Subscribe 20/40
    > Rejoindre le Club

    > Tout savoir sur le Club 20/40

    REJOINDRE LE CLUB 20/40

    Inscription au Club 20/40

    Rejoindre le Club 20/40 vous donne l'opportunité d'assister à des formations, des petits déjeuners et des événements, en compagnie de dirigeants, directeurs RH et managers de haut niveau.

    Tout savoir sur le Club 20/40

    * Champs obligatoires

  • Nous contacter

    63, avenue Niel
    75017 Paris, France

    E-mail :
    Téléphone : 01 58 36 16 50

    Carte_adresse_63_av_Niel

    > Écrivez-nous

  • Nous rejoindre

    Nous recherchons des juristes et des avocats en droit social pour rejoindre notre équipe.

    > Voir les offres

> Choisir > Choisir

QUESTION

Jaem vous permet de tester votre connaissance du droit social en 10 questions.

Choisissez votre personnage et commencez !

Chargement...
Vous avez eu : +score+ % de bonnes réponses !
> Voir l'explication > Fermer la fenêtre

Vous avez moins de 50 % de bonnes réponses

Rendez-vous sur nos pages de formation pour trouver la formation généraliste qui vous permettra d’acquérir les bases du droit social.

Voir nos formations

Vous avez entre 50 et 75 % de bonnes réponses.

Pas mal !!!!!! Vous trouverez sûrement parmi les formations Daem celle qui vous permettra de passer au niveau Expert !

Voir nos formations

Vous avez plus de 75 % de bonnes réponses.

Vous êtes un as du droit social ! Rendez-vous sur nos pages formations pour dénicher les dernières expertises qui pourraient vous manquer.

Voir nos formations