Point de vue

Plainte pénale, la prudence s’impose


Imprimer

En cas d’abus de confiance, d’escroquerie ou autre délit commis par un salarié au préjudice de l’entreprise, l’employeur peut être tenté de porter plainte, en même temps qu’il diligente une procédure de licenciement du salarié « indélicat ».

Plusieurs arrêts récents de la Cour de cassation recadrent l’articulation des deux procédures.

En premier lieu, lorsque les faits reprochés au salarié donnent lieu à l’exercice de poursuites pénales, l’employeur peut, sans engager immédiatement une procédure de licenciement, prendre une mesure de mise à pied conservatoire si les faits le justifient.

La mise à pied conservatoire permet alors de protéger les intérêts de l’entreprise en tenant le salarié à l’écart, pendant la durée des investigations. La cour de cassation décide que 7 semaines de mise à pied conservatoire n’est pas une durée excessive « au regard de la complexité des investigations diligentées dans le cadre d’une enquête pénale » (Cass. soc. 6 octobre 2016 n° 15-15465).

A contrario, si l’affaire n’est pas si complexe, la mise à pied à titre conservatoire doit donc être écourtée quand bien même l’enquête serait toujours en cours ? L’appréciation de la durée juridiquement admissible de la mise à pied à titre conservatoire semble être assez aléatoire. Pourtant les conséquences sont importantes : il en va de la légitimité de la prise d’acte de rupture. Le salarié peut donc obtenir des indemnités pour licenciement sans cause réelle et sérieuse, alors que l’enquête pénale révèlera éventuellement son implication dans des délits commis au préjudice de l’employeur ….

Il convient également d’être attentif à la procédure pénale : une enquête préliminaire n’emporte pas la suspension de la prescription des faits fautifs. Il en est de même pour une plainte simple.

En effet, si aucun fait fautif ne peut donner lieu à lui seul à l’engagement de poursuites disciplinaires au-delà d’un délai de deux mois, l’article L.1332-4 du code du travail précise néanmoins que ce délai est interrompu par l’exercice de poursuites pénales. La cour de cassation précise que « l’ouverture d’une enquête préliminaire, qui n’a pas pour effet de mettre en mouvement l’action publique, n’est pas un acte interruptif du délai » (Cass. soc. 13 octobre 2016, nº 15-14.006 FS-PB).

Ainsi, les « poursuites pénales » au sens de l’article L.1332-4 du code du travail sont synonymes de « mise en mouvement de l’action publique ». Cette dernière peut être mise en œuvre par le  procureur de la république (notamment  par la saisine du juge d’instruction, ou d’une juridiction de jugement) ou par la victime elle-même, par une citation directe ou dans certaines conditions, plainte avec constitution de partie civile.

En conséquence, si un licenciement doit intervenir pour des agissements qui font également l’objet de « poursuites pénales », il est fondamental de se tenir au courant de l’avancement desdites poursuites afin de veiller à ne pas se trouver forclos pour la procédure de licenciement.

Enfin, rappelons que si le salarié est relaxé au pénal, le juge civil ne pourra pas en principe valider un licenciement en raison des faits pour lesquels le salarié a été relaxé : la chose jugée au pénal s’impose au juge civil (Cass. soc. 12 octobre 2016 n°15-19.620).

Toutefois, cette autorité du pénal sur le civil ne s’attache qu’aux faits jugés. Ainsi, Ainsi, la cour d’appel qui a retenu que les faits formulés dans la lettre de licenciement étaient pour partie distincts de ceux ayant donné lieu aux poursuites pénales sous la qualification de vol, a exactement décidé que le jugement de relaxe intervenu de ce chef ne s’imposait pas à elle (Cass. soc., 28 mai 2013, n° 12-12.681)..

Attention, si l’infraction est reconnue par le juge pénal, cela n’empêche pas le juge civil d’apprécier la gravité de la faute au regard de l’exécution du contrat de travail. Ce n’est pas parce que le salarié est reconnu coupable de vol que le juge prud’homal n’a pas la possibilité de disqualifier le licenciement pour faute grave en cause réelle et sérieuse, voire ne pas retenir la faute ! Ainsi, nonobstant l’infraction de falsification de factures retenue par le juge pénal à l’encontre du salarié, les juges civils peuvent considérer que l’employeur, qui était l’instigateur de ces agissements, ne pouvait se prévaloir de ceux-ci pour les imputer à faute au salarié  (Cass. soc., 1er déc. 2010, n° 09-65.369).


Imprimer Haut de page
  • Information juridique

    Dirigeants, responsables RH,
    recevez GRATUITEMENT
    nos informations juridiques hebdomadaires.

    > Je souhaite m’abonner

    La lettre sociale

    La lettre sociale
    Dirigeants, direction RH, managers, recevez
    GRATUITEMENT toute l'information juridique du mois pour les RH.

    * Champs obligatoires

  • Le Club 20/40

    Formations, petits déjeuners, événements : rejoignez le Club !

    Subscribe 20/40
    > Rejoindre le Club

    > Tout savoir sur le Club 20/40

    REJOINDRE LE CLUB 20/40

    Inscription au Club 20/40

    Rejoindre le Club 20/40 vous donne l'opportunité d'assister à des formations, des petits déjeuners et des événements, en compagnie de dirigeants, directeurs RH et managers de haut niveau.

    Tout savoir sur le Club 20/40

    * Champs obligatoires

  • Nous contacter

    63, avenue Niel
    75017 Paris, France

    E-mail :
    Téléphone : 01 58 36 16 50

    Carte_adresse_63_av_Niel

    > Écrivez-nous

  • Nous rejoindre

    Nous recherchons des juristes et des avocats en droit social pour rejoindre notre équipe.

    > Voir les offres

> Choisir > Choisir

QUESTION

Jaem vous permet de tester votre connaissance du droit social en 10 questions.

Choisissez votre personnage et commencez !

Chargement...
Vous avez eu : +score+ % de bonnes réponses !
> Voir l'explication > Fermer la fenêtre

Vous avez moins de 50 % de bonnes réponses

Rendez-vous sur nos pages de formation pour trouver la formation généraliste qui vous permettra d’acquérir les bases du droit social.

Voir nos formations

Vous avez entre 50 et 75 % de bonnes réponses.

Pas mal !!!!!! Vous trouverez sûrement parmi les formations Daem celle qui vous permettra de passer au niveau Expert !

Voir nos formations

Vous avez plus de 75 % de bonnes réponses.

Vous êtes un as du droit social ! Rendez-vous sur nos pages formations pour dénicher les dernières expertises qui pourraient vous manquer.

Voir nos formations